AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
Say something - Gillian & Isaac.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

› MESSAGES : 66
› DATE INSCRIPTION : 18/07/2016
Age : 23



Sujet: Say something - Gillian & Isaac.
Sam 30 Juil - 2:40



Say something

Gillian Miller & Isaac Davis

« Gillian, tu devrais aller à la salle commune, cela te ferait du bien. » N'importe quoi, se disait la jeune femme, qui regardait le mur blanc qui se trouvait droit devant elle. Cela faisait trois heures que la brune n'avait pas bougé, comme si elle était collée à son lit, comme si on avait fait pause. Le temps paraissait incroyablement long, mais Gillian ne s'en rendait pas compte. Elle ne se préoccupait pas du temps, elle ne préoccupait pas des infirmiers et des psychologues qui voulaient l'aider. Du moins, c'est ce qui laissaient paraître. La jeune Miller n'a jamais cru une seule de leurs paroles. Il y a deux jours, elle avait vu un psychologue et ce dernier lui avait dit que tout irait bien. La jeune femme a fait croire que c'était la réalité, mais, mine de rien, ce n'était pas vrai. Tout ce qu'ils disent, ce n'est que des mensonges. Ils disent cela pour faire croire aux autres qu'ils font un bon travail et avoir leur salaire, pour ensuite aller le dépenser pour des choses complètement futiles. Gillian n'est pas dupe. Elle sait qu'elle n'est pas réellement malade, qu'elle n'est pas folle. Elle a vu des patients qui étaient pires qu'elle et qui avaient réellement besoin d'aide, mais pas elle. Non, Gillian va parfaitement bien. Depuis qu'elle a été interné, il y a deux ans de cela, elle se demande pourquoi son maudit patron a rempli un formulaire pour qu'elle soit internée. C'était tout simplement ridicule. Anorexie mentale? Non, pas du tout. Gillian ne voyait juste pas l'intérêt de se nourrir.

Malgré tout, Gillian finit par céder et sortie de sa chambre, habillée de son éternel habit gris foncé. Les cheveux attachés en une queue de cheval, la jeune femme marchait lentement, mais sûrement vers la salle commune. Gillian se doute qu'il ait des gens présents. La plupart des jeunes préfèrent être à l'extérieur ou aller manger. Juste la simple pensée que les gens mangent donne la nausée à la jeune Miller. Oui, elle mange de temps en temps, mais pas assez suffisamment. Tant qu'elle ne coopéra pas et qu'elle ne prendra pas du poids, elle ne sortira pas de cet endroit. Autant dire qu'elle ne sortira jamais. Elle se voyait déjà mourir dans cet hôpital psychiatre entourée des fous. Gillian continuait de marcher, comme si cela faisait plus de dix minutes qu'elle marchait, alors que cela ne faisait que cinq minutes. Pourtant, la salle commune n'était pas aussi loin. C'était tout simplement parce qu'elle marchait comme une tortue.

La jeune femme finie par arriver à la salle commune. Comme elle s'en attendait, il n'y avait personne. Tout ce qu'elle pouvait entendre, c'était cette mélodie qui bourdonnait dans les oreilles de Gillian. Elle regarda tout autour d'elle et finit par s'asseoir sur l'un des vieux canapés. Par chance, ils n'étaient pas pourris, mais elle savait bien qu'ils étaient là depuis longtemps. Gillian ne pouvait même pas regarder dehors. Les fenêtres étaient barricadées par des morceaux de bois. Elle ne pouvait donc pas savoir s'il faisait beau ou s'il pleuvait. C'était frustrant pour la jeune brune. Elle ferma les yeux quelques secondes avant d'entendre du bruit qui parvenait du couloir. Gillian ouvrit instinctivement les yeux et vit une silhouette dans la lumière. Plus que la personne avançait, plus la jeune femme savait de qui il s'agissait. « Isaac, c'est bien toi? »

© neon demon




Dernière édition par Gillian Miller le Sam 30 Juil - 16:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

› MESSAGES : 39
› DATE INSCRIPTION : 27/07/2016



Sujet: Re: Say something - Gillian & Isaac.
Sam 30 Juil - 9:34


Say something - Gillian & Isaac



Une journée comme une autre dans l’aile des jeunes malades de Baltimore. L’estomac sur deux pattes qu’est Isaac se lève à l’heure ordonnée, posant d’abord le pied droit au sol. Il passe une main dans ses cheveux en batailles puis sur son visage ensommeillé avant de se lever pour la journée. Le repas du matin, la douche, puis rencontre brièvement son médecin traitant. Il s’ennuie ensuite, tourne en rond, attendant déjà impatiemment l’heure du déjeuner, espérant l’y retrouver. Le fuit-elle ? Les choses ont bien changé depuis ce baiser qu’ils ont échangé, il y a quelques temps… Il n’est pas certain du pourquoi de la chose. Il ne lui dira pas directement, à moins d’y être forcé, parce qu’il est orgueilleux, et surtout, parce qu’il a peur du rejet. Qu’il ne pourrait rien lui arriver de pire que de la perdre… Mais, elle lui manque.  

Enfin "libre", le prisonnier rejoint quelques connaissances dans la cours. « Deux! » Isaac hoche la tête. « Non » qu’il réplique, instantanément. « Tu la veux cette clope, ou pas ? » Le grand brun croise les bras contre son torse et plonge son regard dans celui de son interlocuteur, comme s’il avait l’avantage. Et ça marche. « Okay, okay. Une partie d’échec et une partie de dames ? Ou de backgammon, si tu préfères, mais c’est ma dernière offre ! » Et le voilà qui troque une cigarette contre un peu de son temps. Isaac sourit. « Adjugé ! » qu’il lance, en tendant une main pour sceller leur accord. Il s’éloigne ensuite, satisfait, une cigarette entre les lèvres. Fermant les yeux, en tirant sur celle-ci, le grand brun se sent déjà mieux alors qu’il se balade tranquillement d’un bout à l’autre de la cour. Il n’en est pas conscient en premier lieu, mais il la cherche du regard. Encore, mais elle n’est nulle part. Le jeune homme fini par prendre place sur le gazon, le dos contre le tronc d’un grand arbre feuillus. Il y reste un bon moment, il ne serait dire combien de temps exactement. Ici, les heures défilent soient très rapidement, ou alors elles semblent interminables. Et Isaac, n’a jamais réellement eu la notion du temps. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il en a un peu marre d’être là, alors que l’accalmie fait place aux voix des patients qui s’élèvent, se disputant pour des bêtises.

Ainsi, il rentre. La grande pièce est vide et sombre. Ici, les patients n’ont pratiquement aucun accès avec l’extérieur. Les faibles rayons du soleil tentent tout de même, en vain, de se frayer un chemin jusqu’à l’intérieur, mais les barricades les en empêchent. Isaac soupire, lui qui apprécie le vent sur son visage et le chant des oiseaux. Il passe alors une main dans ses cheveux hirsutes en balayant la salle des yeux. C’est alors qu’il l’aperçoit. Finalement. Seule, il n’y a qu’elle. Il ne voyait toujours qu’elle, mais cette fois, il n’y avait réellement qu’eux. Silencieuse. Le jeune homme se demande bien à quoi son amie peut penser… Elle lui semble si triste, depuis quelques jours. Particulièrement mélancolique, refusant de se confier à lui. Et si elle parvient à égayer les journées de son ami, depuis qu’elle a été admise parmi les patients de l’hôpital, par sa simple présence, Isaac aimerait tant lui rendre la pareille. « Isaac, c'est bien toi? » Le grand brun sourit, continuant son chemin jusqu’à elle. « T’attendais quelqu’un d’autre ? »  qu’il demande en prenant place sur le vieux canapé, cerné de café. « Ils pourraient au moins le recouvrir… »  Il se tait un moment, puis hausse les épaules. C’est sans importance, après tout. « Ça va ? »  Une question banale, en général. Beaucoup plus compliqué qu’il n’y parait, sachant qu’il y a ceux qui pose la question sans même accorder une réelle importance à la question, et qu’il y a également ceux qui répondent oui, simplement pas habitude, pour ne pas avoir à se livrer. Et, surtout, une question que l’on se fait beaucoup trop demandé, ici… Mais cette réponse, l’intéresse. Et il espère une réponse honnête. Isaac aimerait savoir. « Qu’est-ce que tu fais ici, toute seule ? »  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

› MESSAGES : 66
› DATE INSCRIPTION : 18/07/2016
Age : 23



Sujet: Re: Say something - Gillian & Isaac.
Sam 30 Juil - 16:39



Say something

Gillian Miller & Isaac Davis

Gillian n'attendait personne d'autre. Avec qui elle pourrait bien parler, en-dehors des psychologues et des infirmiers? Il n'y avait qu'Isaac qui était important pour elle. Il n'avait que ce jeune homme qui lui avait fait visiter l'hôpital psychiatre. La jeune femme se sentirait incroyablement seule sans ce jeune homme à ses côtés, elle se sentirait complètement vide. La jeune femme regarda alors Isaac. « Je n'attendais personne d'autre que toi. Gillian joue avec ses mains, des mains fragiles et délicates. Des mains si minces qu'elles risquaient de se briser à n'importe quel moment, mais la jeune Miller ne s'en rendait pas compte. Elle était trop préoccupée par la perte de poids qu'elle devait perdre encore, alors que les médecins lui disaient le contraire. Gillian rit légèrement aux paroles d'Isaac. Il avait raison. Le canapé était défraîchi et n'avait aucun charme. « Tu as raison... » La jeune femme se rassit comme il faut, jouant alors avec sa queue de cheval haute. Elle haussa alors les épaules à la question de son ami. « Je ne sais pas. Ils m'ont obligé à sortir de ma chambre. Je n'avais pas envie de sortir, mais ils ne m'ont pas donné le choix. J'étais bien, assise dans mon lit, à regarder le mur blanc qui se trouvait devant moi. Je pensais à mille et une chose, mais ils ont insisté. Ils disaient que cela me ferait bien du bien. C'est des conneries. »

Par moment, on pouvait penser que Gillian était dépressive, ce qui était un peu le cas, mais elle était plus anorexique que d'autre chose. L'anorexie mentale, qui disent. Gillian ne savait même pas ce que cela voulait dire. Elle ne savait même pas en quoi cela consistait. Ils lui ont plus ou moins expliqué, mais Gillian n'a jamais réellement compris. La belle brune ne comprenait donc pas quand ils l'ont interné. Elle n'était pas folle, ni malade, même si les médecins, les infirmiers et les psychologues disaient le contraire. Ils disaient qu'ils allaient l'aider, qu'elle allait s'en sortir, mais ce n'était que des blagues. Tout ce qu'ils voulaient, c'était la rassurer et avoir leur paie. Même si elle disait qu'elle allait bien, Gillian n'allait pas bien et elle avait l'impression qu'il n'avait qu'Isaac qui pouvait la comprendre. Il y a quelques semaines, il y avait eu un moment de silence pendant lequel ils s'étaient embrassés sur les lèvres. Gillian n'avait pas tout de suite compris que ce geste allait tout changer dans sa vie. Après ce baiser, la jeune femme était partie, laissant Isaac au dépourvu. Pendant ce baiser qui avait durer trente secondes, la jeune Miller avait ressentie quelque chose qu'elle n'avait jamais ressenti, mais elle n'avait pas envie d'en parler.

« Je suis contente de te voir. Tu me manquais. » Entre eux, c'était inexplicable. Quand Gillian était arrivée, elle était toute maussade et ne semblait avoir aucun intérêt, mais, quand Isaac lui a fait visiter l'hôpital, elle avait l'impression d'avoir trouvé quelqu'un qui allait la comprendre, quelqu'un a qui elle pouvait parler, sans avoir peur de ce qu'il allait penser. Gillian se sentait réellement bien en sa présence. Elle le regarda à nouveau dans les yeux, venant prendre une de ses mains pour la caresser tout doucement, comme si c'était un besoin. Ce qui l'était, d'une certaine manière.

© neon demon


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

› MESSAGES : 39
› DATE INSCRIPTION : 27/07/2016



Sujet: Re: Say something - Gillian & Isaac.
Dim 31 Juil - 13:03


Say something - Gillian & Isaac



Il la rejoint enfin, alors qu’il l’avait tant cherché. La brunette le regarde. Son regard est doux et triste, à la fois. Il est trop souvent vide et éteint, ces jours-ci. Isaac a parfois l’impression que les yeux de Gillian ne s’illuminent qu’en sa présence. Ça peut sembler présomptueux de sa part, mais dans cet hôpital, les journées sont longues et affligeantes. Un ami est précieux. Un ami peut faire toute la différence. Et chaque soir, Isaac remercie la vie de lui avoir offert cette amie qu’est Gillian, alors qu’il s’endort en pensant à elle. Et tous les matins, il se lève impatient de la retrouver. Aujourd’hui, il a mis du temps à le faire. Elle se cachait. Le fuyait, peut-être ? Après tout, tout semble différent depuis cette nuit... Mais elle le ramène sur terre, le rassure. Il sourit à ses paroles. « Je t’ai cherché… » Elle ne fuit pas. Elle reste là, joue avec ses mains. Isaac fait de même. Il pianote d’une main sur sa cuisse masculine, agrippant parfois le tissu. Ignorant quoi faire d’autre de ses mains. Il dit n’importe quoi, la première chose qui lui vient en tête. Et ça fait rire son amie, qui approuve avant de se replacer plus confortablement sur le canapé. Alors qu’il la questionne sur son état, Gillian hésite. Elle hausse les épaules. Elle ne sait pas ? Isaac fronce les sourcils puis tourne légèrement son corps vers elle, encore un peu plus, afin d’y accorder toute son attention. Il hoche la tête, il comprend. Il lui est déjà arrivé de ne pas vouloir sortir de sa chambre, de ne vouloir voir personne. Surtout avant qu’elle n’arrive, mais ça lui arrive encore, parfois. « J’sais pas… Si t’étais restée dans ta chambre, on ne se serait pas vu de la journée, alors que j’aime te voir tous les jours ! » qu’il lui explique calmement, à défaut de lui reprocher de s’isoler. Après tout, il comprend. Il ne veut que son bien… seulement, il lui est plus facile de reconnaître la maladie de Gillian, que son trouble à lui. Et il veut qu’elle guérisse, même si ça veut dire le quitter. Même si parfois, égoïstement, il souhaite la garder auprès de lui. Toujours. Toutefois, cette envie, elle ne remet pas en cause la guérison souhaitée de sa belle amie. Jamais. « À quoi tu pensais ? » qu’il demande, à défaut de lui demander immédiatement si elle a mangé, aujourd’hui.

« Je suis contente de te voir. Tu me manquais. » Lorsque Gillian attrape sa main, le regard du grand brun vient se poser machinalement sur les mains fines de son amie. Il relève ensuite la tête et reporte son regard sur son amie. Il sourit, lui sourit. Le contact physique, aussi minime soit-il est agréable. Il aime être près d’elle, il recherche cette proximité, la chaleur de son corps frêle. Il se sent bien près d’elle, en sécurité. Il se sent utile, et à sa place. Il aimerait tant la protéger. De tout, mais surtout d’elle-même. Isaac la trouve belle, sa Gillian, mais il sait que même si elle semble mieux, parfois, et qu’elle a bien changé depuis ces dernières années, son trouble reste le même. Elle n’en est pas consciente, refuse même de se l’avouer. Et s’il ne la juge pas, que le jeune homme tente simplement d’être près d’elle, de l’encourager et de la soutenir, parfois il a peur. Pas pour lui, il n’a jamais peur pour lui... Mais il a souvent peur pour elle. Peur qu’elle se fasse du mal, qu’elle mette sa vie en danger. Il a peur de la perdre… Il est confus. Parfois, égoïstement, il aimerait qu’elle reste à ses côtés, mais il aimerait qu’elle guérisse. Qu’elle cesse de se faire du mal, de haïr son corps. Parce que lui, il l’aime. Il ne peut mettre de mot sur cet amour, encore. Cependant, il sait qu’il l’aime sincèrement. « Toi aussi, tu me manquais » qu’il lui lance, un sourire dans la voix. S’il lui est difficile, parfois, de dire les choses. Elle lui facilite la tâche, cette fois… Car, elle lui a manqué. S’il avait su, il le lui aurait peut-être dit en premier. Pour se rattraper, peut-être, encouragé d’une certaine manière par l’aveu de la jeune femme, Isaac entrecroise ses doigts aux siens, caressant à son tour sa peau de son pouce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

› MESSAGES : 66
› DATE INSCRIPTION : 18/07/2016
Age : 23



Sujet: Re: Say something - Gillian & Isaac.
Dim 31 Juil - 16:29



Say something

Gillian Miller & Isaac Davis

Gillian et Isaac. Isaac&Gillian. C'étaient eux contre le reste du monde. Quand elle est arrivée dans cet hôpital psychiatrique, elle avait peur d'être seule, peur d'être incomprise et elle avait surtout peur de ne pas sortir un jour. Quand elle a rencontré Isaac, tout a changé. La jeune femme a vu un ami, un confident et un protecteur. La belle brune ne pouvait pas s'empêcher de penser à lui, de vouloir être auprès de lui. Lorsqu'elle dormait, elle sentait un vide auprès d'elle. Isaac n'était pas là pour la réconforter et il n'était pas là pour l'enlacer. Gillian aimait l'odeur et la présence d'Isaac. Il savait la calmer et la rendre heureuse, ne serait-ce que quelques minutes. Ces derniers temps, Gillian n'était pas réellement heureuse. Elle faisait semblant de dire aux psychologues et aux médecins qu'elle allait parfaitement bien et qu'elle n'avait pas à être ici, mais ce n'était pas la réalité. En vérité, la jeune Miller était une excellente menteuse. Elle disait qu'elle allait bien, mais ce n'était pas le cas. Gillian pensait à se baiser qui avait été échangé entre elle et Isaac. Ce baiser qui avait tout changé, tout bouleversé pour la brune qui se posait des questions. Pourquoi ce baiser l'avait autant chamboulé? Elle ne le savait pas trop, mais elle avait une petite impression qu'elle était probablement amoureuse. Non, cela ne pouvait pas être le cas. Évidemment, elle aimait Isaac, de tout son coeur, mais ce ne pouvait pas être de l'amour. N'est-ce pas? L'amour n'était qu'une illusion pour Gillian. C'était ce qu'elle se disait depuis trop longtemps.

« Et bien, tu m'as trouvé. » D'ailleurs, elle en était très heureuse. Gillian savait qu'Isaac allait toujours la trouver, peu importe où elle était. Il avait ce don de la trouver facilement, de savoir où elle allait être exactement. La jeune femme avait l'impression qu'Isaac la complétait, qu'il était sa moitié. Gillian se sentait toujours complète avec le beau brun. Elle n'était rien sans lui. Gillian continuait de jouer avec les mains d'Isaac, comme si c'était une nécessité, comme si cela l'aidait à être plus calme, à être sereine. La jeune femme le regardait dans les yeux, souriant doucement. « Je suis d'accord. On ne serait pas vu et ça aurait été dommage. » Si elle n'aurait pas vu Isaac, elle ne savait pas ce qu'elle aurait fait. La belle brune le regardait toujours dans les yeux, haussant les épaules. « Je pensais à tout et à rien. » Ce qui était la vérité, mais elle pensait surtout à ce baiser qui changeait tout. Gillian se demandait quand ils allaient en parler? Probablement jamais et cela perturbait beaucoup.

Gillian se sentait en sécurité avec Isaac. Elle savait qu'il n'allait jamais lui faire de mal, qu'il n'allait pas la faire souffrir. Il ne le ferait jamais, elle en était persuadée. Elle croyait énormément en lui et savait que tout irait bien, mais ce baiser avait tout changé. Ce doux et délicat baiser qui avait donné des frissons à la jeune femme. Elle ne savait même pas ce que cela voulait dire. Elle n'avait jamais ressentie cela auparavant. Elle était heureuse quand ce dernier lui avait dit qu'elle lui manquait. C'était rassurant. La jeune femme le regardait dans les yeux, se demandant comment elle allait en parler. Elle voulait lui en parler, mais elle en était incapable. Isaac allait-il en parler? Elle en n'avait aucune idée. « Sinon, tu as vu ton médecin? »

© neon demon


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

› MESSAGES : 39
› DATE INSCRIPTION : 27/07/2016



Sujet: Re: Say something - Gillian & Isaac.
Mar 2 Aoû - 10:08


Say something - Gillian & Isaac



Gillian joue avec les mains d’Isaac, changeant la position de ses doigts et la manière de tenir sa main masculine fréquemment. Parfois, lui, caresse sa peau. Parfois, il baisse aussi les yeux, afin de la regarder faire, avant de replonger ses prunelles dans celles de sa belle amie. Le jeune homme sourit de plus belle, lorsque son amie lui dit qu’il l’avait trouvé. Elle ne parlait, certes, que de ce moment précis, alors qu’il lui avait avoué l’avoir cherché en avant midi. Toutefois, lui, il voyait plus large. Isaac ne s’était jamais senti réellement apprécié, auparavant. Il lui arrivait souvent de se sentir vide et seul, même entouré d’un groupe d’amis. Jamais il ne s’était senti assez bien. Ni suffisant, ni suffisamment à l’aise pour s’ouvrir réellement aux gens. Trop méfiant, trop craintif. Il avait peur, c’est vrai. Peur de s’ouvrir et de se faire juger. Peur d’aimer et de perdre aussitôt. Seulement, maintenant, il y avait Gillian. Ils s’étaient trouvés.

« Je pensais à tout et à rien » qu’elle lui dit. Il hoche alors la tête, tout doucement. Lui aussi, ses idées vagabondes bien trop souvent. Toutefois, il aurait apprécié une réponse plus précise, cette fois. Le grand brun s’inquiète régulièrement pour elle. Et c’est le cas, en ce moment. L’absence de maigreur, à tout le moins extrême, chez Gillian et toutes ses belles paroles, visant à rassurer les spécialistes de l’hôpital, peuvent être trompeuses… Car malgré tout, Gillian ne va pas bien. Si elle semble plus en santé et mieux dans sa peau, à présent, il n’en est rien. Les gens qui prennent le temps de réellement la regarder peuvent le comprendre aisément. Ceux qui prennent le temps de l’écouter attentivement, peuvent également comprendre que ce n’est qu’une façade, que des mensonges. Sa belle Gillian a besoin d’aide, et Isaac en est conscient… À défaut de réaliser qu’il en a lui-même besoin. Constamment préoccupé par l’état de son ami, ce n’est toutefois pas la seule chose qui aiguise sa curiosité, en ce moment. Il aimerait tant savoir si, elle aussi, pense à ce baiser, trop bref, qu’ils ont échangé préalablement. Lui, il y pense régulièrement. Il a envie de recommencer, et en même temps, il se maudit d’avoir cédé à ses désirs, de peur d’avoir brisé quelque chose. D’autant plus qu’il a l’étrange impression que depuis ce soir-là, elle cherche à prendre ses distances. Toutefois, Isaac est plutôt tenace par moment. C’est surtout et avant tout un ami loyal. Il n’a donc pas l’intention de la laisser faire. Et s’il n’est pas encore prêt à discuter de ce moment qu’ils ont partagé, il compte bien insisté un peu plus sur ces choses auxquelles elle réfléchissait, plus tôt. « Quoi, par exemple ? » qu’il demande innocemment, désireux d’obtenir une réponse franche, mais sans la brusquer.

À nouveau, Isaac hoche la tête, lorsqu’elle lui demande s’il a vu son médecin. « Rapidement. Ils m’ont fait voir une infirmière… Pour s’assurer que je n’ai pas de nouvelle blessure ou alors aucune plaie qui se soient infectées, j’imagine… En tous les cas, en apparence, hein. Parce que toi et moi, on sait très bien que cette jeune infirmière, elle voulait seulement se rincer l’œil ! En plus, ils ont chamboulé mon horaire bien rôdé rien que pour ça. T’imagine ? J’avais pourtant un horaire super chargé… J’suis un homme occupé, tout de même. Quel manque de respect… » qu’il lance faussement offensé, presque prétentieux. Alors qu’il n’en est rien. Il souhaite seulement la faire rire, un peu. Sourire, au moins. Après tout, Isaac sait être drôle. Et il ferait n'importe quoi pour obtenir un sourire de sa part. Ainsi, c'est ce qu'il fait. Il lui sourit. « J’vais bien ! Par contre, j’risque de te casser les pieds encore un p’tit moment… » Il rigole un peu, en portant la main de Gillian à ses lèvres, afin d’y déposer un rapide baiser. Beaucoup plus amical qu’il lui a demandé, sur le toit de l’immeuble, ce soir-là. « Et toi ? » qu’il demande, marquant une courte poste afin qu’elle puis lui répondre, avant de poursuivre. « Tu as mangé, aujourd’hui ? » Cette fois, sa voix faiblie presque. Elle est plus douce, plus calme. Il a baissé le ton de sa voix, comme si c’était bien confidentiel, alors que tous les responsables du réfectoire doivent la surveiller…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

› MESSAGES : 66
› DATE INSCRIPTION : 18/07/2016
Age : 23



Sujet: Re: Say something - Gillian & Isaac.
Mar 2 Aoû - 17:55



Say something

Gillian Miller & Isaac Davis

Quand Gillian était arrivée dans cet hôpital, elle avait eu terriblement peur de se sentir seule et abandonnée, même si elle l'était depuis sa naissance. Sa mère ne s'était jamais réellement occupée d'elle et son père travaillait trop et il a fini par se suicider. Gillian ne s'est jamais sentie appréciée par les autres. Elle avait toujours l'impression d'être le vilain petit canard, d'être celle qui était ignorée par les autres, sauf quand elle se faisait dire qu'elle était grosse. La jeune Miller se l'est faite tellement dire qu'elle a finie par le croire et c'est ainsi qu'elle est entrée dans le cercle vicieux de l'anorexie. Du moins, c'était ce que les autres lui disaient, parce que Gillian n'y croyait pas du tout. Gillian n'a jamais cru qu'elle était anorexique. Elle avait beau le dire aux autres, mais ces derniers ne la croyait pas. Ils disaient que c'était mieux pour la jeune Miller de se faire interner. Alors, quand elle a rencontré Isaac, tout avait changé pour la brune. Leur amitié était ce qui comptait le plus pour elle et, surtout, ce baiser changeait absolument tout. La jeune Miller avait adoré ce baiser. Elle ne s'était jamais sentie aussi bien de toute sa vie. Devait-elle en parler tout de suite à Isaac? Elle ne le savait pas. La seule chose qu'elle savait, c'était qu'elle se sentait bien avec le jeune Davis et qu'elle ne voulait pas le perdre.

La jeune femme se demandait à quoi Isaac pensait. Pensait-il au baiser qu'ils s'étaient échangés? Pensait-il à ce qu'il ressentait pour elle? Gillian avait peur. Oui, elle était effrayée à savoir s'il ressentait quelque chose pour elle ou si, au contraire, il ne ressentait rien. Cela changerait probablement leur amitié pour toujours et elle ne serait pas capable de l'accepter. Que deviendrait-elle sans Isaac. Gillian ne pouvait pas vivre sans son Isaac, son ami, celui qu'elle a toujours voulu avoir. Peut-être deviendront-ils plus que des amis? Par contre,cela, elle ne la savait pas encore. Gillian n'avait jamais imaginé Isaac comme un petit-ami. Elle n'a jamais cru en l'amour, mais peut-être que ça changerait avec Isaac? Elle était toute confuse. Gillian regarda alors son ami, haussant les épaules. « Je pense à tout et à rien, je pense à toi, à mon père... à comment faire pour sortir d'ici... » La jeune Miller ne voulait pas trop en dire. Ce n'était pas nécessaire. Isaac allait parfaitement comprendre. Il la comprenait toujours. D'ailleurs, c'était le seul.

Elle aimait entendre la voix d'Isaac, elle aimait entendre ce qu'il avait fait avec son médecin et l'infirmière. La belle brune écoutait attentivement le jeune homme, riant légèrement. Il voulait la faire rire et cela avait fonctionné. Gillian savait qu'il n'avait qu'Isaac pour la faire rire. Il était le seul qui pouvait parfaitement la comprendre, sans qu'elle ait à dire quoi que se soit. La jeune femme savait qu'elle n'allait pas trouver un autre ami comme Isaac. Il était unique et c'était très bien ainsi. Elle serait incroyablement jalouse qu'une autre fille ait besoin de son Isaac. Oui, elle pouvait être incroyablement possessive avec le jeune Davis, mais elle ne pouvait pas s'en empêcher. « Je veux bien que tu me casses encore les pieds. Cela ne me dérange pas du tout. » Elle rit légèrement, tirant la langue à son ami. Elle continuait de caresser la main d'Isaac. Cela lui faisait beaucoup de bien. Elle se sentait en sécurité. « Moi je vais bien... Si j'ai mangé... euh... pas vraiment. » Elle détestait parler de son alimentation. Isaac le savait, alors il essayait de lui en parler, mais cela ne marchait pas tout le temps.

© neon demon


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

› MESSAGES : 39
› DATE INSCRIPTION : 27/07/2016



Sujet: Re: Say something - Gillian & Isaac.
Mer 10 Aoû - 7:52


Say something - Gillian & Isaac



Isaac et Gillian avaient déjà été bavards, mais le silence ne les avait jamais véritablement dérangés, non plus. La présence de l’un pour l’autre n’était jamais inconfortable. La simple présence de Gillian, même silencieuse, lui était agréable. Le jeune homme savait respecter les moments où elle semblait préférer le silence à la discussion, toutefois, il savait également différencier ces moments, à ceux où il pouvait initier la conversation. Ainsi, il l’interrogea sur ce qu’elle avait en tête. À quoi pouvait-elle bien réfléchir ? Il était surtout inquiet de son état. Il ne pouvait faire autrement… Lorsqu’elle s’expliqua, Isaac arqua un sourcil. À la fois rassuré et confus. Qu’elle pense à lui, lui fit plaisir d’une certaine manière. Il sourit légèrement, pensant qu’il faudrait bien aborder la question de ce fameux baiser, un jour. Il espérait que ces réflexions ne soient pas un mauvais présage… Mais pour l’instant, il était surtout soucieux… Comment faire pour sortir d’ici ? Non seulement il craignait de se retrouver seul, sans elle, dans cet hôpital, mais il avait surtout peur qu’on la laisse sortir sans qu’elle ne soit véritablement guérie, et qu’elle mette sa vie en danger, en ignorant ses limites et celles de son corps. « Il faut aller mieux, Gillian, pour quitter l’établissement » qu’il lâche, avant de reprendre. « Tu verras, on y arrivera ensemble. Tout ira bien ! »

Bon public, Gillian rit aux plaisanteries d’Isaac, qui feint d’être outré qu’on ose modifier son horaire particulièrement chargé. Il termina néanmoins par reprendre la parole, afin de la rassurer. Il allait bien. C’était certes une phrase que l’on entendait beaucoup trop dans cet établissement que "Je vais bien", mais c’est ce qu’il croyait, qu’il allait bien. Tout allait bien ! Toutefois, même s’il était convaincu de bien aller, le personnel responsable n’en était pas persuadé, bien au contraire. Isaac ne risquait pas de sortir de sitôt, on le croyait toujours à risque, un danger pour lui-même. « Je veux bien que tu me casses encore les pieds. Cela ne me dérange pas du tout. » La jolie brune lui tire alors la langue, après avoir ri une nouvelle fois.

Alors que la jeune femme caresse toujours sa main, Isaac s’informe sur l’état de santé de son amie. S’intéressant tout particulière à ce qu’elle avait avalé, ce matin-là. Et même si, forcément, il connaît la réponse puisqu’il n’a pas aperçu la brunette à la cafétéria, il l’écoute attentivement, sans intervenir. Il hoche la tête. « Moi je vais bien... Si j'ai mangé... euh... pas vraiment. » Il marmonne, à la fois déçu et inquiet, tout en secouant doucement la tête. « Gillian, j’aimerais que tu fasses attention. On en a déjà parlé… Il faut pas sauter de repas. T’es pas obligée de manger tout ce qu’ils t’offrent, mais il faut manger » qu’il lance spontanément, d’une voix douce et compréhensive. Il aimerait lui dire que ce n’est pas qu’une question d’alimentation… Insister sur le fait qu’il ne lui reproche rien du tout. Isaac ne tient pas à lui parler de sa maladie, l’anorexie. Ni maintenant, ni jamais, en fait… Mais, il tient à elle. Et s’ils le font à l’occasion, ces discussions ne finissent jamais comme il l’avait prévu. Gillian refuse d’admettre qu’elle a un problème. Et s’il arrive également à Isaac d’en faire de même, de nier toute maladie et surtout la nécessité d’être interné, le grand brun réalise néanmoins que son amie à une maladie, qu’elle a besoin d’aide. Et si Gillian refuse l’aide des thérapeutes, il sait qu’elle l’écoute d’une certaine façon, qu’elle accepte plus facilement les choses lorsqu’elles viennent de son ami… Ami qui jamais ne la juge et jamais ne le fera. « Ça t’aiderais, par exemple, à obtenir plus facilement des privilèges, tu sais ? » qu’il ajoute finalement, pensant qu’ainsi, elle lui en voudra peut-être moins de lui prier de manger.

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Say something - Gillian & Isaac.

Revenir en haut Aller en bas
 
Say something - Gillian & Isaac.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On a déjà vécu ça ou presque. [PV Isaac]
» Kathleen E-S Abercrombie ► Gillian Zinser
» Nora Mia Bell ► Gillian Zinser
» KALEL S. JOHNSON ► Gillian Zinser
» Isaac "Target" Queen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INSIDIOUS :: BALTIMORE :: MADNESS RETURNS :: THE KIDS AREN'T ALRIGHT :: SALLE COMMUNE-
Sauter vers: